FORMATION CONTINUE SCIENCES ÉCONOMIQUES ET SOCIALES

 

PRÉSENTATION

Cette formation continue  est destinée aux professeurs d’économie ou de de Sciences économiques et sociales désireux de rafraîchir ou d’enrichir leurs connaissances, et aux adultes se destinant à devenir professeur de ces disciplines en passant ou non un concours de recrutement, CAPES, CAFEP-CAPES ou Agrégation. Les cours sont suivis en commun avec les étudiants de Formation initiale.

Selon leurs intérêts et leurs disponibilités, les auditeurs peuvent suivre tout ou partie des cours proposés.

Le calendrier précis des cours sera publié prochainement sur cette page. A noter que la plupart des cours auront lieu les vendredis d’octobre 2017 à avril 2018.

 

FRAIS DE SCOLARITÉ

Les frais sont de 1 500 € pour l’ensemble des cours quand la formation est prise en charge par les organismes professionnels ou par les établissements. Pour les personnes finançant leur formation à titre personnel, ils sont de 1 000 €.

Les auditeurs ne suivant qu’une partie des cours paient au prorata des cours choisis (250 € par cours de 30h).

Numéro de déclaration d’activité de l’École professorale de Paris en tant que prestataire de formation: 11 75 549995 75.

 

MODALITÉS D’ADMISSION

L’admission se fait sur dossier, comportant :

  • une lettre de motivation,
  • un CV
  • une photocopie du dernier diplôme obtenu

Le dossier doit nous être adressé soit par courriel à info@epparis.org, soit par courrier postal à École professorale de Paris, 72 rue Raynouard, 75016 PARIS. La personne inscrite reçoit quelques jours plus tard une notification d’acceptation  du dossier, puis une convention de formation en deux exemplaires.

Inscriptions du 1er février au 30 juin 2017.

Pour toute information complémentaire, contacter le secrétariat de l’EPP  à info@epparis.org ou au 06 08 90 64 31.

 

PROGRAMME 2017-2018

 


 

Théories de l’entreprise

par M. Jean-Michel Morin, Maître de Conférences à l’Université Paris V

Les entreprises sont partout. Sources d’innovations, de création de richesses et d’emplois, elles sont suspectées parfois aussi de causer exploitation ou pollution. Malgré ces enjeux majeurs, l’entreprise représente souvent l’oubliée dans les analyses en sciences sociales.

Entre individus et société chez les sociologues, marchés et État chez les économistes, événements et évolutions chez les historiens, elle se trouve en définitive broyée entre visions microscopiques et macroscopiques. Un corpus théorique s’est heureusement développé depuis un siècle, de Henri Fayol à Henry Mintzberg. Se succèdent des approches classiques, managériales, behavioristes, contingentes.

Partant d’une observation de la variété des entreprises mais de l’invariance de leurs mécanismes de base, le cours opposera des théories holistes à des théories plus attentives aux « parties prenantes ». Les premières voient un tout comportant : stratégie, structure, culture. Les secondes analysent les coopérations et conflits entre : clients, travailleurs, propriétaires, etc. Un dépassement sera proposé, en considérant aussi l’environnement syndical, numérique, écologique d’entreprises affrontées au contexte de la mondialisation.

 


 

L’école autrichienne d’économie

Par M. Renaud Fillieule, Professeur à l’Université de Lille

Cette école de pensée revêt une grande importance dans le domaine de l’analyse économique. Développée par des auteurs de premier plan qui continuent aujourd’hui encore à alimenter les réflexions et les débats sur les questions centrales de l’économie (Menger, Böhm-Bawerk, Mises et Hayek, pour ne citer que les quatre principaux), elle offre une vision systématique du champ. Cohérente sans pour autant être monolithique, l’école autrichienne met à notre disposition des outils conceptuels et théoriques indispensables pour structurer une pensée économique, et pour comprendre par comparaison les autres écoles. Le cours consistera à présenter en détail ses apports majeurs, en insistant sur la théorie de l’action et de la valeur subjective, la théorie des prix, la théorie du capital, la théorie de la monnaie, et la théorie des interventions de l’État. Philippe Nemo complètera ce cours par un éclairage spécial sur la pensée épistémologique, sociale, juridique et politique de Hayek.

 


 

Introduction au système monétaire, bancaire et financier

par Mme Nathalie Janson, Professeur associé à Neoma Business School

L’objectif du cours est d’avoir une compréhension du système monétaire, bancaire et financier. La prégnance des phénomènes monétaires et financiers est telle dans notre économie contemporaine qu’il est important d’en comprendre les mécanismes. Depuis la crise de 2007, la banque centrale a un rôle inédit qui n’est pas neutre sur la sphère bancaire et financière. Partant d’une perspective historique, l’objectif est d’expliquer l’évolution du système monétaire afin de mieux en comprendre les forces et faiblesses. Il s’agira également d’expliquer le rôle respectif des banques et du système financier dans le financement des économies développées en insistant sur la place différente qu’ils occupent dans les pays anglo-saxons et en Europe. En effet, les marchés financiers dominent davantage dans les premiers alors que le système bancaire est au cœur du financement des pays européens. Il sera également important de discuter la réglementation bancaire qui a des impacts non négligeables sur la dynamique du secteur.

 


 

Politique budgétaire et dette publique

par M. Jean-Marc Daniel, Professeur à ESCP-Europe

Le cours porte sur les enjeux de la politique budgétaire. Après avoir rappelé les trois fonctions économiques de l’État (répartition des revenus, lutte contre les externalités, stabilisation conjoncturelle), il se centre sur la troisième à partir notamment d’une analyse cyclique de la croissance. Il développe une présentation de la politique budgétaire en stabilisateurs automatiques, analyse les différents types de solde budgétaire et en déduit les problèmes posés par l’accumulation de dette publique. Il se conclut par l’utilisation pratique des notions exposées pour décrire les politiques budgétaires menées dans les principales économies (États-Unis, Zone euro, Royaume-Uni, Japon).

 


 

Nouvelles frontières de l’économie internationale et industrielle

par M. Jean-Louis Mucchielli, Directeur de la Faculté et de la Recherche, Skema Business School

Depuis 20 ans les analyses portant sur l’économie internationale et industrielle se sont profondément renouvelées. Les prix Nobel comme Paul Krugman et Jean Tirole et leurs équipes de par le monde, ont repoussé les frontières de la connaissance. Les premiers en s’interrogeant sur la « nouvelle économie géographique » et son impact sur la réflexion des avantages comparatifs de pays et/ou de zones géographiques agglomérées. Les seconds en renouvelant l’analyse du rôle de l’État et de son efficacité dans une structure industrielle complexe.

Ce cours permettra d’analyser comment les schémas théoriques classiques de l’économie internationale et industrielle sont enrichis et parfois remis en cause pas ces nouvelles approches. Les concepts d’avantages comparatifs, de mondialisation, de spécialisations internationales seront examinés sous ses nouveaux éclairages, tout comme les analyses d’agglomération, de pôles de compétitivité et du rôle de l’État et du secteur privé dans les évolutions rapides du tissu industriel et de services dans une économie numérisée.

 


 

Les écoles en Sciences sociales

par M. Bernard Valade, Professeur émérite à l’Université Paris V

 

On interrogera la notion d’école et la pertinence de son emploi dans plusieurs domaines des sciences humaines, économiques et sociales. Les exemples choisis seront : en sociologie, l’École de Chicago et l’École de Francfort ; en économie, l’École autrichienne et l’École de Lausanne ; en histoire, l’École positiviste et l’École des Annales. Une attention particulière sera portée aux écoles françaises de sociologie : celles d’Auguste Comte et d’Émile Durkheim en premier lieu, mais aussi celle de Frédéric Le Play. Pour chaque école, étudiée en termes d’apport et d’influence, on s’emploiera à examiner le rôle de son ou de ses chefs, à identifier les groupes dont elle est constituée, à déterminer les caractères originaux des générations de théoriciens qui s’y sont succédé.

 


 

Probabilités et statistiques

par M. Christian Hess, Professeur émérite à l’Université Paris-Dauphine

(cours commun avec la classe de Mathématiques)

 

Rappels et compléments de probabilités (convergence des suites de variables aléatoires réelles, lois des grands nombres, théorème central limite). Échantillonnage. Estimation. Tests statistiques. Modèle linéaire gaussien. Régression linéaire simple ou multiple.


 

A ces cours s’ajoutent des conférences régulières avec des personnalités du monde économique.

Pour voir les bios et les photographies des professeurs, cliquer ICI

 

Recevez notre lettre d'information

Recevez notre lettre d'information

Pour suivre notre actualité, nos programmes, l'ouverture de nos concours etc.

Merci!

Share This